Diteoo - Tour du monde
recherche
Planète Diteoo
Menu Principal
 Accueil
 News
 Carnets de route
 Photos
 Muziks
 Qui suis-je?
 Livre d'or

Difebo?
Données non disponibles

Niouzes Flash

Ayé, de retour sur Paris le 20 novembre, la fin d'un grand voyage, mais l'aventure continue, sisi, sur le site!
(Dernière mise à jour : 19 novembre 2004)

Liens

Chotekeries

Annuaire Manima

Annuaire E-passeport


Votez pour ce site au Weborama

Diteoo
Accueil Date : 21-10-2018 21-10-2018
Vanarasi en Inde   PDF  Imprimer  E-mail
Rédigé par Alex   Vote utilisateur:starstarstarstarstar / 5
Bas Haut
28-10-2004

Namasté!

Voila, comme je sais que je ne vais pas avoir le temps de raconter de grandes épopées d'ici là, je vous livre un mini-récit et ma première impression de l'Inde, à Vanarasi (Benares)!

Je commence par ouvrir une petite parenthèse, vous vous rappelez, dans ma dernière newsletter, je vous parlais d'un Français que j'avais croisé en trek, vachti sympa... ben je me suis rendu compte que l'on n'avait pas du tout la même conception de la vie, au cours de mon dernier repas à Pokhara...

C'était bien triste car on s'est quitté sans presque un mot, juste un "bonne route", alors que j'avais passé un bon moment en sa compagnie pendant le trek. Lors du repas, alors que je lui demandais quels pays il visiterait s'il devait prendre un an... il m'a dit "De toute façon, ici, pendant mes 15 jours, je n'ai rien vu du pays, du contact avec la culture, tout ce que j'ai fait, c'est lâcher de l'argent, c'est tout" et que "voyager est un acte égoïste"... et patati et patata, et que lors de son dernier voyage au Cambodge, il n'avait pas ressenti ça. J'aurais très bien pu ne pas relever (comme je n'ai pas relevé ses maintes petites remarques cyniques tout le long de notre trek, que je prenais pour un petit humour noir, sans plus) mais je ne comprenais pas du tout sa vision, alors que pendant tout le voyage, je l'avais trouvé particulièrement affable, ouvert avec les Népalais, à chercher le contact...etc...

Mais non, pour lui, les petits échanges de sourire, les petites discussions n'ont compté pour rien (vraiment) comparé au "lâchage" d'argent. J'étais scié, complètement, jusqu'à en avoir presque les larmes aux yeux pendant le repas, quand je constatais lors de notre discussion que j'avais finalement en face de moi, un type de pessimiste sur la nature humaine (lui se dit réaliste, mais les pessimistes me font marrer, car ils se disent toujours réaliste, et pas pessimiste, car vous comprenez, pessimiste, c'est négatif, alors que réaliste, c'est presque lucide, clairvoyant, donc c'est pas négatif, hein, trop facile)

Comme par exemple le fait qu'il trouvait décadent qu'un jeune garçon en étude à l'université croisé dans un restaurant a Ghorapani nous montre fièrement des photos de basketteurs américains dans son album photos... pour Monsieur le Réaliste, c'est décadent de rêver de stars de la NBA... voilà... alors que ce jeune Népalais, ben il était tout content de nous montrer ses photos de lui et de ses potes de classes, entrecoupés de basketteurs américains - ok - mais je trouvais ça cocasse, je le trouvais sincère... il a le droit de rêver bonsang.

Bref, je me suis battu pour lui "ouvrir le coeur" à l'ultra-Réaliste, pour lui dire que même si l'argent biaise les rapports, les échanges - parfois très simple - avec le peuple Népalais ont pesé, même peu, dans le positivisme et la compréhension d'autrui (et puis Merde, si aussi l'argent peut aider quelqu'un, à faire vivre une famille... il n'en lâche pas de l'argent en France pour payer son appart ou sa putain de caisse allemande?!), mais lorsque je lui parlais de ces choses là, je crois qu'il m'a pris pour un timbré, il m'a rigolé au nez, en me disant que j'avais perdu la boule... Super. Le summum, c'est quand il m'a balancé "Tu veux qu'on fasse le test. On peut demander à un Népalais s'il veut 1000Rp avec une baffe et sans sourire, ou 500Rp avec un sourire, tu vas voir ce qu'il va te répondre le Népalais!"...

La petite anecdote en prime, c'est que l'année passée, lors de mon voyage éclair au Cambodge, j'avais rencontré une personne qui faisait la même critique, mais du peuple Cambodgien! et qu'il disait ne pas avoir été harcelé comme ça (par des gens qui n'en voulaient qu'à son argent) xen Indonésie ... mais à la différence du français, ce mec là était ignoble en négociation, avec les locaux... enfin, bref, je me suis pas gêné pour lui dire à lui aussi, et pof.

Voila, y'a des gens comme ça, dans la vie, que j'aurais préféré ne pas rencontrer et ce mec là en fait parti... Triste histoire d'une personne aveugle qui ne sait plus ce qu'est le bonheur simple, du partage avec autrui, donner - pas seulement du fric - pour recevoir parfois, parfois pas, en retour, que ce soit même un simple sourire. Voila, Parenthèse fermée!

Bon, je dois dire, que mon premier contact avec l'Inde n'a pas été des plus brillant mais ça s'est arrangé par la suite!

Au passage à la frontière (quand je dis premier, on peut pas faire plus), j'avais décidé de ne pas utiliser les services de mon hôtel côté Népalais et voulais me débrouiller seul pour trouver mon bus touristes (appelés comme ça lorsque l'on souhaite voyager dans de meilleures - légères - conditions que les bus publics).

A 7h30 du mat, J'ai loué les services d'un Rickshaw (ou pedicab!) pour parcourir les 4km qui me séparait de la frontière. Ensuite, une fois les formalités passées, je me suis fait attraper par un gars qui tenait une agence - presque la seule dans le coin - qui vendait des tickets pour Vanarasi. Il me dit 320 Rp pour Vanarasi, et c'était plus cher qu'à l'hôtel, alors je tente de négocier et fait descendre le prix à 250Rp... mais là, en regardant le visage du mec qui me vend le billet, je sens tout de suite que c'est un enfoiré, un con qui va m'en faire baver ensuite... mais bon, par doutes, je lui donne ça chance...

Ben ça n'a pas loupé. On a attendu dans un café en face pour qu'ensuite, il me dise vers 8h30, que le bus touriste arrive (ce qui est normalement vrai, car c'est la même heure que donné à l'hôtel)... mais surprise, je le vois retourner vers son agence, juste à côté, il y a une grande station de bus, qui semble être des bus publics que dans la confusion je n'avais pas remarqué au début, ... Il me fait monter dans l'un... Je sais très bien que je suis entrain de me faire royalement entuber... et je ne me gêne pas pour lui dire, qu'il s'est bien foutu de ma gueule en me vendant son ticket (car je peux acheter mon ticket dans le bus public et devrait payer moins de 150Rp). Le ton monte un peu... mais bon, je me calme, il me propose la place à l'avant, mais connaissant la réputation des bus et des routes ici, je préfère me trouver au milieu, au cas où, hein.

10 minutes plus tard, le bus démarre, un gars, visiblement le contrôleur, monte. Pfuuu, je me dis, c'est malin d'avoir payé autant pour un bus public, mais bon, si le bus va bien à destination, tant pis et tant mieux, me dis-je. Par contre, le vendeur du ticket est toujours dans le bus, le contrôleur du bus lui dit de partir... mais visiblement, il lui baragouine un truc et il veut rester encore un peu pour je ne sais quoi... Ben en fait, c'était pour que deux de ses acolytes montent dans le bus... pour devinez quoi, foncer vers moi, me montrer le ticket bus public soutiré au contrôleur, et me balancer "Now, You give 100Rp"... Putain, là, ils se foutent de ma gueule, comme ils sont 3 ou 4 devant moi, à me mettre la pression dans le bus quasiment vide, la pression monte, je dis que je n'accepte pas, je ne paierais pas, et que je vais à la police, merde. Les mecs commencent à me bloquer le passage et à gueuler... je vois le premier vendeur enfoiré qui sourit derrière, salauds, et bien, dans la foulée, je gueule bien bien plus fort qu'eux, avec l'adrénaline, vous comprenez, dans ces moments là, on ne se laisse plus du tout impressionner.

Dans la seconde où j'ai élevé la voix, tout s'est arrêté, les mecs sont descendus du bus et m'on laissé tranquille... ouf...

Eheh, ironiquement, le "lâchage d'argent" n'était pas fait avec plaisir dans ce cas et je n'ai pas échangé des sourires sympa avec ces malfras, j'avoue!... Mais bon, c'est ça le voyage, et ces gens peu scrupuleux font parti d'une extrême minorité, quand on ne voit pas le mal partout.

Bref, ensuite, 10h de route, avec des arrêts à ne plus compter, je suis arrivé vers 19h, passablement lessivé de mon trajet, surtout qu'étant le seul touriste dans le bus, il m'était difficile de quitter ma placer pour partir pisser, ou sinon, j'aurais du trimbaler mes sacs... enfin, voila, sans un truc à bouffer, la vessie un peu pleine de binouze de la veille (ah ben voyons, tu l'as cherché mon garcon), à ne pas pouvoir bouger plus qu'un étirement de jambes par-ci par-là, ben en arrivant, j'étais vraiment hyper crevet, humain quoi.

Mais je n'ai pas été déçu en arrivant... Je monte dans un Ricksaw pour rejoindre un hôtel pioché au hasard dans le guide Lonely (Hôtel Alka)... près de 20minutes de route.... Wahouuuuuuu quelle claque! Enfin, pas tant que ça, mais quand même, le bruit ici est assourdissant, les klaxons sont légions, ça roule de partout, ça musique du bolywood de partout, bref, ça vibre de folie, je suis bien en Inde à Vanarasi!

En arrivant près du quartier, je suis assailli par des mecs pour me mener à mon hôtel, qui vont choper une commission en arrivant à l'hôtel, et moi, ben pour négocier le prix, je peux toujours courir! Enfin, heureusement que les gars m'ont conduit au travers du dédale de petites allées, limite flippant à un certain moment, la lumière se faisant plus rare et les passant, aussi... j'ai même failli rebrousser chemin, pour dire... eh puis non, 50m plus loin, mon Hôtel était bien là, ouf.

Aujourd'hui, j'ai passé ma journée à marcher dans la vieille ville et sur les bords du Gange, près de Ghats (des plateformes-escaliers qui donnent accès directement au Gange)... Magique, ça grouille de partout, impressionnant de voir les gens faire des ablutions dans une eau 30000 fois plus polluée qu'une eau de piscine en France! J'ai eu aussi l'occasion d'assister à une crémation sur le bord du Gange, sentir l'odeur du bois et de chair brûlée, ça donne la chair de poule... mais ici, tout est normal, ce n'est pas choquant, c'est la vie à l'indi. Ce qui est incroyable, c'est la lumière, dès 14h, on a l'impression d'atteindre déjà le coucher du soleil, cela doit venir de la pollution, mais enfin, c'est étrange... et quand le vrai coucher arrive, l'endroit devient encore plus envoûtant... terrible.

Demain, je vais tenter de louer les services d'un guide fiable au bureau officiel de l'office du tourisme(histoire de ne pas tomber dans le sombre ratio de "2-3 touristes disparaissent tous les 3-4 mois") et profiter pleinement de toutes les merveilles qu'offre cette ville!

Voili Voiloo pour ma première petite news en Inde!

A bientôt,
Gros Bizoo!

Alexandre

Dernière mise à jour ( 28-10-2004 )
 

Nombre de commentaires (4) - Ajoutez vos commentaires à cette article...

Compteur
5508292 Visiteurs

Photos
Entrée Maison Ségoukoro
Entrée Maison Ségoukoro

Qui est en ligne
42 invités connecté(s)

Quoi de neuf?
Retour au pays du Pinard et du Fromage!
Jaisalmer en Inde
Vanarasi en Inde
En route pour l'Inde!
Ciao Thailande, Népal me voilà!

Récits les plus lus
Lima, premier contact avec le Pérou!
Bani, Petit village aux sept mosquées
Treck de Salcantay vers le MachuPichu
Bobo Dioulasso et ses environs
Gorom Gorom et les dunes de Ménégou

Tous droits réservés © 2004 par Alexandre Mutel de Diteoo - Ce site web est réalisé avec MamboOpenSource