Diteoo - Tour du monde
recherche
Planète Diteoo
Menu Principal
 Accueil
 News
 Carnets de route
 Photos
 Muziks
 Qui suis-je?
 Livre d'or

Difebo?
Données non disponibles

Niouzes Flash

Ayé, de retour sur Paris le 20 novembre, la fin d'un grand voyage, mais l'aventure continue, sisi, sur le site!
(Dernière mise à jour : 19 novembre 2004)

Liens

Chotekeries

Annuaire Manima

Annuaire E-passeport


Votez pour ce site au Weborama

Diteoo
Accueil Date : 14-12-2018 14-12-2018
Singapore, Ville propre (et sympa)   PDF  Imprimer  E-mail
Rédigé par Alex   Vote utilisateur:starstarstarstarstar / 4
Aller à:
Singapore, Ville propre (et sympa)
Visite de Singapore
Safari Night
Bas Haut
10-10-2004
Page 1 de 3

Mercredi 22 septembre 2004, 8h, Kuta à Bali, je dois prendre mon avion en début d'après-midi pour m'envoler vers Singapore, alors, avec l'habitude du vieux routard, je prépare mon sac, en prenant bien soins, comme à l'accoutumer, de ne rien oublier... ce qui ne m'empêche pas, une fois les lieux quittés, d'avoir des doutes (salauds!) qui me titillent la conscience... aurai-je laissé quelque chose? Naannnn, rien pour cette fois-ci... ouf.

Me voila embarqué dans un mini-bus, par un gars qui m'a chopé dans la rue, un gars plein d'entrains, qui sourit beaucoup et parle beaucoup aussi... Il me demande le prix pratiquement pour une course en taxi, je lui dis ok, mais s'il prend un autre touriste, je payerais moins... normal.

Ça ne loupe pas, 50m plus loin, dans une des petites routes phares de Kuta (dont j'ai oublié le nom, là, ayant abandonné mon guide en cours de route depuis), mon donky-taxi-driver remarque un de ses clients dans un bar qui attend lui aussi un bus pour rejoindre l'aéroport...

Et vla-t'y-pas que mon taxi-driver re-papote allègrement avec les nouveaux arrivants (des australiens de l'australie profonde, un vrai bonheur)... Sur le coup, avec flegme, je commence à douter sur la ponctualité du service... mais que nenni, quelques minutes plus tard... je me retrouve avec mon sac (récemment allégé, je cours, je danse, je l'embrasse du coin de l'épaule, 10kg en moins, extradés vers la France, c'est d'un doux sur l'épaule, vous pouvez pas savoir) devant les comptoirs d'enregistrement. Au passage, on passe un truc bizarroïde sur mon sac, genre mini-chiffon-magique analysé dans la foulée sur un truc qui ressemble à une balance type cadeau weight-watcher... mais ça va, visiblement, je n'ai rien fumé ou transporté un truc illégal, à mon insu, cela va de soi.

Le vol est court, mais suffisamment long pour que je puisse reprendre du pinard, du rouge, pour mon plus grand plaisir (car depuis l'Australie, que-dalle, remboursez!). Le steward m'a un peu regardé de travers, lorsque j'ai explosé de joie à la présentation de l'étiquette de la bouteille que j'allais m'enfiler très bientôt, oh oui oh oui... car devinez quoi, c'était un vin des Corbières! De mon pays, des Pyrénnées-Orientales! Scié et ravi, j'étais tout fou et regardais autour de moi si cela avait suscité la même surprise, mais nada, j'étais le seul faux-catalan ici-haut... snif, alors, pour me consoler, j'ai pensé à mes amis en France, car eux, ils auraient réagis!

Arrivé vers les 17h à Singapore, dans le hall de l'aéroport, je sors mon guide pour savoir comment je peux me rendre en ville (j'avais oublié ce "détail")... chouette, y'a des navettes pas trop chères qui partent régulièrement. C'est effectivement super organisé et 5 minutes plus tard, je me retrouve dans un minibus. J'ai donné le nom d'un hôtel que j'ai remarqué dans mon guide. Sur le trajet, toutes les voitures que je regarde sont hyper-neuves, on passe près de la skyline.. pas de doutes, Singapore est bien plus développé que ses voisins Asiatiques. Il fait chaud aussi, même plus chaud qu'en Indonésie car il y a beaucoup d'humidité.

Alors que le taxi-driver dépose un à un les passagers, il me demande si je veux vraiment aller dans l'hôtel en question, car il me dit que le quartier - Indien- craint (ah bon, ça craint ici?) et me propose donc de m'emmener dans un hôtel plus sympa dans Chinatown... n'ayant aucun à priori, j'accepte sa proposition. J'arrive donc à l'hôtel "A Travellers Rest-Stop"... semble super fonctionnel, façon hôtel pour jeune en Australie, internet rapide, une cuisine, tout pleins de guides de voyage à consulter... Je prends néanmoins un lit en dortoir, car les prix, ici, ben sont affreusement plus cher qu'en Indonésie, aie.

Me voila à monter les quatre étages (ouf) pour prendre possession de mon pieux. Je me retrouve sur la partie haute d'un lit superposé, c'est pas pratique, mais je n'ai pas le choix. Un autre touriste rapplique, un canadien. Comme il est tard et que je commence à avoir faim, je lui propose d'aller manger un morceau dehors.

Bon, le gars s'avèrera pas spécialement intéressant, un canadien parti en Australie pour bosser quelques mois et voyager ensuite, semble un peu stressé, à s'exciter bizarrement parce qu'il ne sait pas s'il veut aller en Indonésie (je lui ai vendu dans la foulée, participant à son hésitation grandissante, et pof), en poussant des petits cris (j'exagère ok) de "i change my plan, i change my plan, as usual, i don't know what to do"... et moi de lui répondre que les plans, en voyage, mon garçon, c'est fait pour être changés, enfin sinon quoi, bordel, c'est plus du voyage! Zen.

On se pose dans un restaurant typique, remplit de Singapouriens (bizarre comme nom, c'est le vrai ou...?)... et là, méga-surprise, méga-content... ils cuisinent... des cuisses de grenouilles!!! Rhaaa, première fois que je vais y goûter en dehors de la France, coool! Je prends un plat sauce chilli... pas mauvais du tout, mais je préfère décidément la version Française, plus simple, ail-persils-sel-poivre, j'en salive rien que d'y penser... Après m'être enfilé une binouze, on reprend le chemin de l'hôtel, en passant dans quelques rues pour profiter du spectacle illuminé des rues de Chinatown.

Au dodo, car demain, je visite Singapore à papattes, alors, repos!



Dernière mise à jour ( 12-10-2004 )
 

Nombre de commentaires (1) - Ajoutez vos commentaires à cette article...

  to be about 800,000 Tamil refugees and etpxtriaaes worldwide contributing towards the funding the LTTE.Some support the LTTE by choice and others because of extortion.LTTE supporters have been caught setting up organizations, disguised as charities and relief funds, whose sole purpose is to raise money for the LTTE. There is said to be over 200 front organizations supporting the LTTE globally. In May 2007, two Tamils with connections to the LTTE were arrested in Australia for raising thousands of dollars in Australia under the pretense of being for charities and aid for those affected by the 2004 Asian Tsunami, which killed 35,000 people in Sri Lanka, but instead using the money to fund the LTTE Criminal activities include, sea piracy, human smuggling, drug trafficking and gunrunning.Sea piracyThe LTTE is known for hijacking and looting shipments and vessels and killing the crew on board.Human smugglingThe LTTE started smuggling Tamil people to Western countries, such as Canada in order to gain funds. The LTTE has been said to charge between $10000 to $40000 USD for a Tamil person to be smuggled to Canada illegally, while the usual cost of smuggling is said to be between $20000 to $25000 USD, In addition to this people leaving Sri Lanka have to pay an additional few hundred dollars for an exit visa issued by the LTTE. Those with special skills or wealth have higher charges than ordinary Tamils.The LTTE also specializes in passport forgery and in Canada 1990 a passport forgery scheme was uncovered which became official proof of a link between Canada and the LTTE.Drug traffickingThe LTTE's history in drug smuggling dates back to the 1970s. LTTE provided a new way for them to get their drugs to markets all over the world.In addition to this the LTTE started trafficking and selling drugs to Western European countries by 1984. Tamil heroin smuggling activities have been reported in countries such as Italy, Switzerland, Poland, and France. One LTTE operative in France who was jailed there for two years for drug trafficking has been said to became the chief of LTTE international operations.Arms SmugglingThe LTTE has a specialized branch called the KP Branch , where KP stands for its highest level operative, Kumaran Padmanathan. This unit is responsible for smuggling weapons, explosives and dual use technology for military operations. The LTTE carries out international arms trafficking and has its own fleet of vessels.The LTTE had a shipping base in Myanmar, but they were forced to leave due to diplomatic pressure.However a new base was set up on Phuket Island in Thailand in lieu of the previous.Other crimes committed by the LTTE that bring in funds are, credit card frauds conducted in a number of countries such as India and the United Kingdom. Similar crimes include counterfeit currency trading.Posté par Naim, le 25-11-2015 à 15:03

Ajoutez vos commentaires à cette article...
Nom (requis)

E-Mail (requis)


Votre email ne sera pas affiché sur le site - seulement pour l'administrateur

Commentaire


©2003 Review Script 0.5.4 by Phil Taylor

Compteur
5644788 Visiteurs

Photos
Moai du Ahu Tongakiri
Moai du Ahu Tongakiri

Qui est en ligne
38 invités connecté(s)

Quoi de neuf?
Retour au pays du Pinard et du Fromage!
Jaisalmer en Inde
Vanarasi en Inde
En route pour l'Inde!
Ciao Thailande, Népal me voilà!

Récits les plus lus
Lima, premier contact avec le Pérou!
Bani, Petit village aux sept mosquées
Treck de Salcantay vers le MachuPichu
Bobo Dioulasso et ses environs
Gorom Gorom et les dunes de Ménégou

Tous droits réservés © 2004 par Alexandre Mutel de Diteoo - Ce site web est réalisé avec MamboOpenSource