Diteoo - Tour du monde
recherche
Planète Diteoo
Menu Principal
 Accueil
 News
 Carnets de route
 Photos
 Muziks
 Qui suis-je?
 Livre d'or

Difebo?
Données non disponibles

Niouzes Flash

Ayé, de retour sur Paris le 20 novembre, la fin d'un grand voyage, mais l'aventure continue, sisi, sur le site!
(Dernière mise à jour : 19 novembre 2004)

Liens

Chotekeries

Annuaire Manima

Annuaire E-passeport


Votez pour ce site au Weborama

Diteoo
Accueil Date : 21-08-2018 21-08-2018
Bobo Dioulasso et ses environs   PDF  Imprimer  E-mail
Rédigé par Alex   Vote utilisateur:starstarstarstarstar / 7
Aller à:
Bobo Dioulasso et ses environs
Zavez pas vu un guide?
Village de Kouro
Village de Koumi
Plouf à la Guinguette
Bas Haut
17-03-2004
Page 1 de 5

Mercerdi 25 février 2004, départ pour 10h avec la STMB pour Bobo Dioulasso, étape importante au sud du Burkina.

C’est Tibus, le grand frère de Willy qui va m’accompagner, Willy étant entrain de faire trimer des marmots sur un terrain de foot, le tortionnaire qu’il est.

Zouuu, c’est parti! Aie Aie Aie… la route principale menant au centre ville est complètement bloquée par des soldats. Tout le monde emprunte des pistes de traverses pour rejoindre la capitale, mais heureusement, Tibus connaît le coin, on brave même un sens interdit et on arrive à temps pour prendre mon bus! Ouf!

Je prends un ticket pour un bus climatisé, une première pour moi en Afrique, le grand luxe quoi. D’ailleurs je me retrouve pratiquement qu’avec des blancs dans le Bus. C’est chouette, je vais faire sûrement pleins de rencontres super passionnantes.

Bon, en attendant qu’on décolle, je m’accoude à une buvette pour prendre Kawa, Sandwich et bouteille d’eau Lafi. Je remarque que ma main tremble légèrement… me fait la réflexion que je ne suis pas encore un vrai baroudeur mais cette petite anxiété devrait vite disparaître, y’a pas de raisons!

Le bus part à 10h pétante, les places sont numérotées. STMB quoi.

Trajet de 5h jusqu'à Bobo, sans soucis, la route est bitumée et bien entretenue. Mon voisin est gentil (c’est un Burkinabé) et me ramène du mouton grillé lors d’un arrêt. La tradition du savoir vivre Africain qui vous propose de partager le repas, alors que c’est une portion pour une personne… ce partage spontané m’épatera toujours.

Première chose à faire à mon arrivée dans la gare routière. La recherche d’un Télécentre (cabine téléphonique) pour appeler les hôtels du coin. Au 1ier appel, l’Hôtel Téria répond dispo! Cool, je ne traîne pas.

Je me fais alpaguer par des soi-disant chauffeurs de taxis qui me proposent de me convoyer pour des prix faramineux (1000CFA, l’autre 600CFA)… je me dirige droit vers un gars qui a un vrai taxi vert et me demande juste 300CFA, ce qui est raisonnable. 500m plus loin (sic) j’arrive à l’hôtel. La chambre est sobre, ventilée, peinture blanche, tout juste rénovée. Elle ressemble un peu à une chambre d’hôpital avec sa moustiquaire pour protéger les postillons du médecin qui vient regarder si vous zavez bien fait votre petit caca le matin en vous levant après opération douloureuse de l’orteil gauche.

Je réalise qu’il y a une VRAI doooouuuuuuche dans ma chambre. Rhhhaa, à moi les orgies d’eau excitant la surface de mon corps à la manière des spots publicitaires thaïti douche rhhhaaaaaaa, Cool down.

Je sors de l’hôtel pour prendre l’air et partir à la découverte de mon nouveau quartier. Un jeune rasta, appelé Mamadou, me tombe dessus. Il me propose de me faire visiter la ville, guide qu’il est qu’il dit… mais après 2min d’une discussion hautement intéressante (yeux tournés vers le haut et langue qui dépasse légèrement de la bouche lorsqu’il ne parle pas), je sais qu’il n’est pas guide. Mais bon, je le prends quand même pour faire un tour, il m’évitera d’être harcelé par d’autres guides. Et puis je veux bien participer au mouvement Rastas Sans Frontières, un peu de solidarité, ça n’fait pas de mal.

A un certain moment, on passe devant un rond point, je lui demande le nom. Il me dit « c’est le rond point de la femme ». En fait, il se trouve que c’est le rond point des Nations Unies… non vraiment, je ne pourrais pas le prendre pour guide, il ne va pas arrêter de me raconter des bêtises, sortie du pâté de maisons qu’il connaît déjà tout juste.

Le centre de la ville est ombragé, il y a un grand marché. C’est vivant. Parfois trop lorsque l’on est arrêté tous les 200m pour boire à la santé de moi et de mon ami d’y a une seconde. Néanmoins, la ballade est agréable.

On revient à l’hôtel et je me précipite dans ma chambre pour prendre ma première douche (rhhhaaa). En rentrant, je croise une femme blanche d’un certain age (plutôt forte et fortement moche je dois dire) suivi par un athlète noir de 1m90, je dis « Bonjour ! » L’athlète me répond avec une toute petite voix en baissant les yeux tandis que la dame s’engouffre avec lui dans sa chambre. C’est ma première confrontation avec du tourisme sexuel féminin… mais bon, les vieux pervers européens bedonnant super moches sont légions dans la région aussi… alors, pourquoi pas les femmes aussi.

Le soir, je décide d’aller faire la méga nouba aux Bambous, resto-bar-club qui offre un spectacle de musiques traditionnelles différent tous les soirs. Me pointe vers 20h (j’ai tourné en rond dans ma chambre à partir de 18h, j’ai repris une douche pour patienter… rhhaaaaa), il n’y a pas un tigre mais le cadre est très sympa.

Me fait la remarque que c’est ma 1er soirée seul depuis mon arrivée en Afrique! Positive man, je compte bien savourer cet instant de solitude mais ce n’est pas sans compter sur les rastas du coin pour venir me tenir compagnie! Chouette. J’ai été obligé de me barricader derrière un autisme aggravé et j’ai presque frisé le LIS (Locked-In-Syndrom) pour voir mon invité surprise s’envoler vers d’autres tables.

Concert moyen mais repas succulent (filet de capitaine aux bananes) et boissons aussi (hum… farandoles de Flag au mil)

1er Dodo à Bobo.



Dernière mise à jour ( 17-03-2004 )
 

Nombre de commentaires (2) - Ajoutez vos commentaires à cette article...

  per preparare un vggiaio dando le basi per scoprire la citte0a0 da soli. Guardate le mie foto del Burkina qua. PRIMA DI PARTIRE Per un buon soggiorno portate abiti corti e leggeri per il giorno, qualcosa diPosté par Qwenci, le 25-11-2015 à 12:45
  Je suis ravi de lire des touristes qui apprecient tant notre cité, nptre cité à nous tous ( l'humanité). j'aimerai correspondre avec des europeennes comme vous pour de^plus d'informations. Je suis etudiant en fin de cycle à Bobo-dioulasso meme. Bye et gros coucou à toutesPosté par Traore Yahaya, le 01-08-2007 à 12:53

Ajoutez vos commentaires à cette article...
Nom (requis)

E-Mail (requis)


Votre email ne sera pas affiché sur le site - seulement pour l'administrateur

Commentaire


©2003 Review Script 0.5.4 by Phil Taylor

Compteur
5353548 Visiteurs

Photos
Ahu Nau Nau
Ahu Nau Nau

Qui est en ligne
76 invités connecté(s)

Quoi de neuf?
Retour au pays du Pinard et du Fromage!
Jaisalmer en Inde
Vanarasi en Inde
En route pour l'Inde!
Ciao Thailande, Népal me voilà!

Récits les plus lus
Lima, premier contact avec le Pérou!
Bani, Petit village aux sept mosquées
Treck de Salcantay vers le MachuPichu
Bobo Dioulasso et ses environs
Gorom Gorom et les dunes de Ménégou

Tous droits réservés © 2004 par Alexandre Mutel de Diteoo - Ce site web est réalisé avec MamboOpenSource