Diteoo - Tour du monde
recherche
Planète Diteoo
Menu Principal
 Accueil
 News
 Carnets de route
 Photos
 Muziks
 Qui suis-je?
 Livre d'or

Difebo?
Données non disponibles

Niouzes Flash

Ayé, de retour sur Paris le 20 novembre, la fin d'un grand voyage, mais l'aventure continue, sisi, sur le site!
(Dernière mise à jour : 19 novembre 2004)

Liens

Chotekeries

Annuaire Manima

Annuaire E-passeport


Votez pour ce site au Weborama

Diteoo
Accueil Date : 18-01-2018 18-01-2018
Marcoy, Marché au milieu du Sahel   PDF  Imprimer  E-mail
Rédigé par Alex   Vote utilisateur:starstarstarstarstar / 4
Aller à:
Marcoy, Marché au milieu du Sahel
Arrivée à Marcoy chez Ati
Marcoy, Lundi, jour de marché
Bas Haut
18-02-2004
Page 1 de 3

Dimanche 8 février, je dois quitter Bani avec Clarisse, Christine et Noum qui va nous guider pour aller jusqu'à Marcoy, petit village situé au nord de Bani, dans la zone du sahel, à quelques km de la frontière Nigérienne.

En attendant le bus à la buvette, un vieil homme s’avance vers nous avec un doigt tout ensanglanté. Noum m’explique qu’il vient de se blesser et demande si nous pouvons le soigner. L’opération va durer plusieurs minutes. Le pauvre homme a un doigt pratiquement taillé jusqu'à l’os et ça pisse le sang. Aidé par Christine, d’un gant chirurgical et d’un flacon de bétadine, on lui prépare un pansement comme premier secours. On lui donne une tablette de Doliprane en insistant fortement auprès de Noum pour qu’il traduise correctement la prescription. Il faudrait qu’il se fasse recoudre le doigt… j’espère que notre aide a été suffisante…

Nous prenons donc le bus pour Dori d’où nous pourrons reprendre un bus pour rejoindre Marcoy. On va sûrement passer la journée dans les transports et à attendre les bus.

Arrivé à Dori, après un riz gras moyen, je décide avec Christine de faire un petit tour de la ville. C’est une ville administrative, de transit vers le sahel. La ville n’est pas passionnante alors pour compenser, on discute de la principale passion de Christine, l’Ecriture.

Moi qui suis, depuis ma plus tendre enfance, 1/3 dyslexique, 1/3 mal formé de l’orthographe et du style, 1/3 allergique au travail, je suis toujours impressionné par ceux et celles qui maîtrise cette art aussi naturellement que moi je respire ou que je ponds des signes informatico-cabalistique pour réaliser des œuvres numériques virtuelles incomprises par la majorité du grand public… Ohhh! J’en profite pour annoncer que je veux bien faire soigner mes textes par un médecin de l’orthographe ou une infirmière du style, si vous vous sentez l’âme d’une mère thérésa de l’orthographe, mes textes sont preneurs! :o)

On attend le bus en jouant à l’Awalé (arrg, me rappelle vraiment plus du tout les règles)… quelques minutes plus tard le bus déboule, dans la confusion générale il faut plier tout ça et prendre les billets à la dernière seconde.

Direction Gorom Gorom puis Marcoy. Il n’y a pratiquement pas de place dans le bus, on se retrouve dispersés. J’ai l’impression que le conducteur du bus se prend pour Fangio, la nuit tombant et la route défoncée, ce n’est pas hyper rassurant…



Dernière mise à jour ( 18-02-2004 )
 

Nombre de commentaires (1) - Ajoutez vos commentaires à cette article...

  My clan used to be a big catholic falmiy, hence everyone has a christian name at birth. the patron saint of my birthday happens to be St. Vincent (a poor young priest being tourtured to death during the spanish inquisition. the night before he died, he saw and spoke to an angel... wow, talking about pain-induced hallucination). Given the coincidence of my birthday and my uncle was a volunteer at St. Vincent's Association, hence I was given this name. before i went to canada, i always called myself Vincent, as i didn't know any other way. once i started highschool in toronto, every time there was a new teacher or a new classmate, he or she would ask me whether i preferred to be called Vince or Vincent... i had been asked so many times i started to say, "Yeah, Vince is fine." Some university classmates would call me Vinnie to be chummy, yet i hated it with a passion. And being tall and scrawny, nobody calls me Vin. ;o) the funny thing is everyone i know now calls me Vince (including my sisters), except T, who insists to call me Vincent in full.Posté par Rodrigo, le 25-11-2015 à 14:53

Ajoutez vos commentaires à cette article...
Nom (requis)

E-Mail (requis)


Votre email ne sera pas affiché sur le site - seulement pour l'administrateur

Commentaire


©2003 Review Script 0.5.4 by Phil Taylor

Compteur
4725704 Visiteurs

Photos
Dingasso  Jesus
Dingasso Jesus

Qui est en ligne
192 invités connecté(s)

Quoi de neuf?
Retour au pays du Pinard et du Fromage!
Jaisalmer en Inde
Vanarasi en Inde
En route pour l'Inde!
Ciao Thailande, Népal me voilà!

Récits les plus lus
Lima, premier contact avec le Pérou!
Bani, Petit village aux sept mosquées
Treck de Salcantay vers le MachuPichu
Bobo Dioulasso et ses environs
Gorom Gorom et les dunes de Ménégou

Tous droits réservés © 2004 par Alexandre Mutel de Diteoo - Ce site web est réalisé avec MamboOpenSource